Ucraina. Conflict în Consiliul Naţional pentru Reformă între ex-preşedintele georgian Mikheil Saakachvili, actualul guvernator al Odessei şi Arsen Avakov, ministrul de Interne al Ucrainei. (traducere în franceză)

0
160

[KGVID poster=”https://www.cvlpress.ro/wp-content/uploads/2015/12/12_thumb150.jpg” width=”320″ height=”240″]https://www.cvlpress.ro/wp-content/uploads/2015/12/12.flv[/KGVID]

Près de deux ans après la révolution pro-occidentale de Maïdan, le pouvoir ukrainien se déchire. En cause : la corruption présente à grande échelle au Parlement et dans les ministères en dépit de la promesse du président Petro Porochenko de l’éradiquer.

Un conflit a éclaté le 14 décembre lors d’une réunion du Conseil national des réformes présidée par le chef de l’État. En présence, le ministre de l’Intérieur Arsen Avakov et l’ex-président géorgien Mikheil Saakachvili, désormais gouverneur d’Odessa et détenteur depuis six mois de la nationalité ukrainienne. Le premier évoque la privatisation d’une usine chimique située à Odessa et accuse le second de vouloir la céder aux Russes. La discussion s’enflamme. Les injures fusent et le ministre de l’Intérieur jette un verre d’eau en direction de son interlocuteur.

Extraits de l’échange :

Avakov : « Mikhaïl Nikolozovitch, vous avez dit que le gouvernement orchestre la corruption…

Saakachvili : « Il y a des preuves… »

Avakov : « Laissez-moi finir… »

Saakachvili : « Je vais les présenter… »

Avakov : « Quand vous parlez, c’est du blabla… »

Saakachvili : « Du blabla ? Personne ne me parle comme ça ! »

Avakov : « Je vous parlerai comme ça. »

Saakachvili : « Je vous demande d’être poli. Moi, je n’ai pas comme vous des millions ou des milliards. »

Avakov : « Ce n’est pas pour vous que je parle ici. Et vos milliards, vous vous expliquerez dessus dans un autre lieu. »

Saakachvili : « La Russie a aussi cherché mes milliards. Cherchez-les bien ! Cherchez bien ! »

Porochenko (le président) : « Mikheil ! Que chacun arrête maintenant ! »

Saakachvili : «… Qu’un ministre corrompu ose parler de trahison… »

Avakov : « Ferme-la ! Putain de gouverneur corrompu. »

Saakachvili : « Quoi ? »

Avakov : « Tu m’as entendu, voleur ! Putain ! »

Porochenko (le président) : « Arsen Borisovitch, pourriez-vous ne pas jurer ? »

Avakov : « Je n’ai pas juré. »

Porochenko : « Vous avez juré. Finissez, s’il vous plaît. »

Avakov : « Il doit y avoir bien sûr privatisation. Y compris du port d’Odessa. Mais j’ai une question : M. Saakachvili, empêchez-vous ou non la privatisation du port d’Odessa ? »

Saakachvili : « Je ne discuterai de rien après la façon dont vous m’avez parlé. Je prouverai que vous êtes un voleur et que le gouvernement dirige la corruption. Je n’ai pas votre argent, mais j’ai une conscience et une réputation. Et je ne laisserai pas un Avakov, dont chacun sait qu’il vole, insulter Saakachvili. Le pays sait que c’est un voleur. »

(Avakov jette le verre d’eau)

Porochenko : « Arsen ! »

Avakov (à Saakachvili) : « Racaille ! »

Porochenko : « Je clos la session. »

Saakachvili : « Voleur ! »

Avakov : « C’est ça, un voleur… »

Saakachvili : « Et des gens comme vous méritent la prison. Parce que l’Ukraine doit être un pays prospère. »

Avakov : « Vous avez déjà poussé votre pays à bout. Dégagez du mien ! »

Saakachvili : « Du vôtre ? Je suis ukrainien. »

Avakov : « Je suis aussi ukrainien. »

Saakachvili : « Non, je suis ukrainien, et vous êtes un voleur. »

Arseni Iatseniouk (Premier ministre) à Saakachvili : « Et vous êtes un clown. »

Avakov : « Vous êtes un putain d’acteur de cirque. »

Iatseniouk : « Une pipelette ! Vous êtes invité dans ce pays pour y réaliser quelque chose, pas pour vous lancer dans des spéculations politiques. »

Avakov : « Baratineur ! »

Porochenko : « Arseni, assez ! »

Saakachvili : « Vous insultez l’Ukraine, un membre du Parlement et la nation ukrainienne. Vous en répondrez. »

Porochenko : « Séance levée. »